Les Chaussettes Noires
Biographie






(Rencontres)

Au début de l'année 1960, Claude Moine a 17 ans et travaille sans enthousiasme pour une compagnie d'assurances "Phoenix". Jean-Pierre Chichportich qui fait de la batterie, travaille aussi pour cette compagnie. Tous deux deviennent amis et partagent leur passion du rock. Ainsi, l'idée de monter un groupe germe-t-elle. Le soir, après le travail, Claude chante dans un petit cabaret de Clichy. Il continue aussi à fréquenter le Golf Drouot, le temple du rock à Paris (France). C'est dans ce lieu mythique qu'il a fait depuis deux ans déjà, la connaissance de Jean-Philippe Smet (futur Johnny Hallyday) et de son ami Long Chris. Les parents de ce dernier ont un bungalow à Royan, grande station balnéaire de la côte Atlantique. Long Chris et Claude (surnommé Schmoll) y passent les vacances d'été 1960 et chantent le soir au Regalty, une brasserie qui accueille des musiciens et des chanteurs. Un jour, l'un des convives leur présente l'un de ses amis, Aldo Martinez, qui est bassiste. Celui-ci a une petite formation composée de deux autres guitaristes : William Benaïm et Tony D'Arpa, et il est à la recherche d'un batteur et d'un chanteur pour la compléter. L'occasion est trop belle. Le premier groupe de rock français vient de naître.


(Ses membres se répartissent ainsi)

Chant : Claude Moine (18 ans), né le 3 juillet 1942 à Paris. Il prend pour nom Eddy en hommage à Eddie Constantine, l'un des acteurs de cinéma qu'il préfère. Guitare solo : William Benaïm, (16 ans), né le 27 août 1944 à Oran en Algérie. Il joue aussi du piano. Guitare rythmique : Tony D'Arpa, (19 ans), né en 1941 en Tunisie. Il a pour frère celui qui deviendra Vic Laurens, chanteur et guitariste du groupe Les Vautours. Guitare basse : Aldo Martinez (19 ans et demi), né le 18 septembre 1940 en Tunisie. Batterie : Jean-Pierre Chichportich. Ils s'autobaptisent « Eddy Dan et les Danners » mais rapidement ils changent pour un autre nom : « Les Five Rocks ».




(Premiers succès)

Tout va alors très vite. C'est sous ce nom que dès novembre 1960 ils signent chez Barclay. Claude Moine prend définitivement le nom d'Eddy Mitchell pour la consonance américaine : mode de l'époque. Ils enregistrent des adaptations françaises de succès américains et leur premier 45 tours EP contenant notamment "Tu parles trop" ("You talk too much" de Joe Jones) et "Be bop a Lula" (d'après Gene Vincent) sort le 27 janvier 1961. Quelques jours plus tard Les Five Rocks écoutent la station de radio Europe 1. On y diffuse leur interprétation de "Be bop a Lula". Joie intense immédiate, mais d'un coup leur sang ne fait qu'un tour. Le présentateur vient d'annoncer : "Vous venez d'entendre le premier groupe français de rock'n roll, Les Chaussettes Noires". Les Five Rocks découvrent qu'à leur insu, un accord publicitaire via Europe 1, a été passé entre Barclay et la marque Stemm qui veut lancer la mode des chaussettes ... noires ! Mis devant le fait accompli, ils ne peuvent qu'accepter la situation : Stemm finance . Dès ce premier disque le succès est fulgurant. Eddy est un remarquable chanteur et le groupe séduit les jeunes. En mars 1961 sort leur second 45 tours EP. Ecrite par G.Garvarentz et A.Pascal, la chanson « Daniela » va devenir un immense tube. Les ventes dépasseront les 800 000 exemplaires. Les paroles des autres adaptations sont signées Claude Moine. La participation des Chaussettes Noires au premier festival du rock'n roll avec Johnny Hallyday au Palais des Sports est un triomphe. Le groupe part alors en tournée avec Jean Nohain pour 80 galas. Leur succès est phénoménal et l'ambiance dans les salles est de plus en plus surchauffée.


(Départs pour le service militaire)

Après l'enregistrement de leur troisième 45 tours EP, en avril 1961, le batteur Jean-Pierre Chichportich quitte son poste pour le service militaire. Il est remplacé par Gilbert Bastelica qui conserve cependant le surnom de Jean-Pierre. Les tubes s'enchaînent les uns après les autres. C'est la folie dans les concerts. Partout où Les Chaussettes Noires jouent, la salle se transforme souvent en champ de bataille, à tel point que les adultes « bien rangés » les assimilent à des « blousons noirs ». Un peu partout en France se forment des orchestres du même type et chaque maison de disques tente d'imposer le sien. Début 1962, le saxophoniste Mick Picard (Michel Picard) vient enrichir la formation et le résultat est probant. Les Chaussettes Noires sont à l'affiche de plusieurs films dont : « Comment réussir en amour », « Les Parisiennes ». Au mois de mars 1962, Eddy Mitchell est incorporé dans l'Armée de Terre et peu à peu d'autres membres du groupe sont appelés sous les drapeaux. Les prestations des Chaussettes Noires se font évidemment de plus en plus rares et chaque fois que le groupe se produit sur scène ses fans sont survoltés. Le concert donné à la Mutualité en octobre restera l'un des plus mémorables. Stimulés par leur maison de disques, ils enregistrent le nombre incroyable de six 45 tours entre mars et décembre 1962. Cependant, de par la dispersion des membres du groupe, les liens commencent à se distendre. Cette période de flottement pousse Eddy Mitchell à enregistrer le 7 octobre 1962, durant une permission, son premier 45 tours EP en solo : « Mais reviens-moi ». Il est accompagné par le grand orchestre : Opera House Orchestra. Ce disque sort en décembre 1962. Dans le même temps le saxophoniste Mick Picard est, à son tour, appelé au service militaire. Le jazzman Michel Gaucher le remplace. C'est aussi à cette époque que Les Chaussettes Noires fêtent leur deux millionième disque vendu.


(Prémices d'une séparation )

Début 1963, sort alors leur premier disque en instrumental « Pow-Wow » puisque Eddy fait cavalier seul. Si en avril, Les Chaussettes Noires retrouvent leur chanteur pour un ultime 45 tours EP : « Ne délaisse pas », l'ambiance n'est plus vraiment au beau fixe. Eddy vient de sortir un second 45 tours EP en solo, accompagné par l'orchestre de Jean Bouchety : « Oui je t'aime », « Be bop a Lula 63 ». Les départs successifs pour le service militaire furent un gros handicap pour la cohésion du groupe. De petites zizanies finissent par ronger certains liens. Les musiciens ont du mal à accepter la prise d'indépendance d'Eddy et ce dernier leur reproche de jouer avec Vic Laurens !

Après tous ces bouleversements, les musiciens en titre sont : Guitare solo : William Benaïm , guitare d'accompagnement : Paul Benaïm appelé aussi Arpo et frère de William. Il remplace Tony D'Arpa. Plus exactement, Paul et William jouent tour à tour solo et rythmique ; guitare basse : Aldo Martinez ; batteur : Gilbert Bastelica ; saxophoniste : Michel Gaucher.




(Fin d'une époque )

Mais, durant l'été 1963, Gilbert Bastelica quitte à son tour le groupe. On appelle à la rescousse le jeune Michel Santangeli qui, dès l'âge de 16 ans, s'était fait remarquer lors de la prestation de Frankie Jordan en première partie des Shadows, puis comme batteur avec Les Pingouins. Les galas prévus avec Eddy Mitchell sont assurés. Le 27 août « le soldat Mitchell » est libéré du service militaire, et fin 1963, Eddy quitte définitivement le groupe pour une carrière solo qui le tente vraiment. Son expérience d'enregistrement en studio avec grand orchestre l'a conquis et le public suit. Le saxophoniste Michel Gaucher rejoint Les Fantômes qui accompagnent désormais Eddy sur scène. Début 1964, Gilbert Bastelica revient et Les Chaussettes Noires (avec Aldo, William et Paul) continuent seuls. Ils enregistrent deux 45 tours EP. Dans le dernier, ils alternent des titres chantés : « Oh ! dis Eddie » et instrumentaux comme : « Misirlou » un classique du surf adapté du folklore mexicain. Ces deux disques ne connaîtront pas le succès espéré. Pourtant ils témoignent des progrès faits par ces pionniers du rock français. À l'automne, le groupe se disloque. C'est la fin d'une époque.


(Que sont devenus certains de ces pionniers ? )

Eddy Mitchell poursuit la grande carrière que l'on connaît, tant dans le domaine de la chanson que dans celui du cinéma. Michel Gaucher est un des fidèles amis d'Eddy et il continue à l'accompagner à chacune de ses prestations. Il programme aussi sur le Bateau Melody Blues, quai de Bercy à Paris, « Les Mercredis du Jazz » et y joue de temps à autres. Sur scène, il accompagna de nombreux autres artistes, notamment : Johnny Hallyday, Michel Sardou, Charles Aznavour, Bernard Lavilliers, Patrick Bruel, Michel Jonasz. Très souvent il participa à des enregistrements en studio des mêmes artistes ou d'autres tels Sheila, Jean-Jacques Goldman, Roch Voisine. Mick Picard poursuivit sa carrière de saxophoniste. Lui aussi accompagna sur scène de grands artistes : Johnny Hallyday, Jean-Jacques Goldman-Jones-Frédéricks. Aldo Martinez est devenu l'agent d'Eddy Mitchell mais aussi de Dick Rivers, de Jacques Dutronc, de Betty & the Bops, du groupe Il Etait Une Fois. Il composa quelques chansons. Il fut producteur d'émissions radiophoniques telles que « Branche le poste » en 1984. Il fut aussi l'un des auteurs de Coluche et le « monsieur blague ». Il est décédé le 22 mai 1996.

Tony D'Arpa est décédé le 29 juin 2002.

(Recherchiste : Michel Bourdais)






Rétro Jeunesse 60 (France)
Conception et réalisation: Michel Charbonneau
Production Karo Web Communications


Discographie   Eddy Mitchell   Retour au tableau